Forum de la passion des figurines 1/6e (action-figures12 pouces)
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Verviers août 1914.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
ltnkzn

avatar


MessageSujet: Verviers août 1914.   Sam 2 Fév 2013 - 15:13

à tous!

Je vous présente mon dernier né!

La figurine est celle de cal tek sans modif (un peu comme mon "Jean Reno Dubois", car je la trouvais belle comme ça! ), juste un un peu de patine (c'est le tout début de la guerre en même temps!). Désolé donc pour les puristes.

La scène se passe à Verviers, dans les environs de Liège. Je me suis basé sur des photos d'aujourd'hui, d'époque (Merci Serge et internet!).

Ci dessous pour ceux qui sont intéressés, le récit de la bataille de Liège (vue du côté belge) que m'a gentiment passé Serge (Merlinpinpin).

"Le général allemand von Emmich avait reçu ordre de prendre Liège immédiatement. Les avant-gardes allemandes se ruèrent donc, brusquement, avec impétuosité. Cependant, notre cavalerie veillait, et, dès le début, elle s'opposa par des escarmouches incessantes au raid des uhlans. Néanmoins, en trois ou quatre jours, les forces ennemies, ayant occupé Verviers et Dison, se présentaient devant la place fortifiée de Liège.

Ici, dans un élan magnifique, tous les citoyens, ouvriers et bourgeois, s'étaient mis à la disposition du gouverneur militaire. Les quelques heures de répit laissées à la défense de la cité furent bien employées: tranchées, fils de fer barbelé, tout était prêt.

Décidés à prendre Liège d'assaut, les Allemands attaquèrent immédiatement le fort de Barchon à la baïonnette. J'assistai à la seconde charge des ennemis, le 7 août; nos hommes les laissèrent approcher à une centaine de mètres de leurs tranchées, puis, posément, calmement, comme s'ils n'avaient été qu'à l'exercice, nos soldats tirèrent. C'était curieux de les entendre se disputer, derrière leur abri de terre, la victime à abattre. « Laisse-moi l'officier! » « Tiens, Joseph, prends le roux, je garde le cagneux! » Mais l'élan des Allemands ne fut qu'arrêté momentanément; des flots d'hommes revenaient, remontaient, s'élançaient; les coups de sifflet des commandements ennemis étourdissaient nos soldats. Pendant dix minutes, la première tranchée belge parut être au pouvoir de l'ennemi; Les canons du fort tonnaient, et leurs obus, sifflant par-dessus la tôle de nos soldats, allaient faucher les réserves que le général von Emmich ne cessait d'envoyer à la rescousse; trois clairons belges sonnaient éperdument le ralliement du régiment; un Taube, là-haut, planait..... La ligne belge cédait, se brisait; un officier, à demi étendu sur le sol, blessé, faisait de vains efforts pour retenir ses hommes..... Quand, calme, placide, un homme, un sergent belge, se détacha peu à peu de la mêlée. Tête baissée, tenant son fusil par le canon, il le faisait tournoyer autour de lui. Son intervention fut prodigieuse: quatre ou cinq Allemands tombèrent; il y eut de l'espace. On entendit le sergent Bouroute crier à ses camarades: « Vous pouvez revenir, ça va mieux!..... » Et comme, à cet instant, des renforts belges arrivaient de tous côtés, la tranchée tant disputée resta aux mains des noires: sur les bords de la route, des cadavres allemands se tassaient jusqu'à deux et trois mètres de hauteur.....

La nuit suivante, par un beau clair de lune, les collines qui ceignent Liège de leurs ondulations harmonieuses se détachaient sur l'écran bleuté du ciel. Les forts, cachés là-haut, se taisaient. Tout concordait à accroître l'impression délicieuse de ce nocturne. Sur la hauteur de Boncelles, à gauche du fort du même nom, cependant, des reconnaissances signalèrent; vers minuit, un important mouvement d'infanterie allemande. Une compagnie du 1er régiment des chasseurs à pied était placée là en « tirailleurs ». Les hommes étaient parfaitement calmes; ils étaient prêts, l'attaque de nuit ne les surprendrait pas.....

Vers une heure du matin, l'ennemi se démasqua. Arrêté immédiatement dans son élan, il se replia et revint bientôt, par petits tas disséminés qui allaient, couraient durant un temps, puis se laissaient choir dans l'herbe. Nos chasseurs, économes de leurs munitions, ne tiraient qu'à coup certain. Tout allait bien; la fatalité seule changea cette escarmouche en une tragédie, puis en un véritable combat.

Les mitrailleuses à traction canine du 9e régiment de ligne avaient reçu mission d'appuyer la compagnie des chasseurs. Elles étaient placées en retrait, leurs chiens accroupis à deux mètres derrière elles. Or, un groupe d'une quinzaine d'Allemands avait réussi à se glisser à cinquante mètres des chasseurs; il avait ouvert le feu à la manière allemande, qui peut se définir exactement par l'expression « tirer dans le tas ». Le clair de lune agrandissait les ombres et changeait les apparences extérieures. Il y eut une de ces méprises malencontreuses comme il en survient si souvent durant les batailles. Les mitrailleuses de notre 9e ligne, brusquement, entrèrent en action, mais, ayant pris nos tirailleurs du 1er chasseurs pour des Allemands, elles envoyèrent leurs balles dans les rangs de ces malheureux. Ceux-ci, placés entre le fou des Allemands et celui des Belges, furent pris de panique. Ceux qui n'avaient pas été atteints se jetèrent à gauche ou à droite, dévalant les pentes de la colline. Les Allemands, profitant de cet instant d'incertitude et d'affolement, se ruèrent en avant: leurs premiers rangs — et comme j'arrivai à cet instant même sur le lieu du combat, je suis certain d'avoir bien vu, — leurs premiers rangs étaient composés de soldats habillés avec des uniformes du 9e d'infanterie belge. Cela leur permit de sonner le ralliement du régiment, de tromper nos hommes des mitrailleuses et d'essayer de les massacrer en groupe.

Ce fut terrifiant. Un gars, éperdu, avait crié: « Sauve qui peut! » Un autre avait hurlé: « Nous sommes trahis! » Une débandade désorganisait nos unités. Les Belges se jetaient dans les buissons, se laissaient rouler le long des pentes abruptes et, hululant leurs gutturaux: « Hoch! Hoch! Hurrah! », les bataillons ennemis avançaient..... Le fort avait ouvert le feu; des batteries d'artillerie de campagne, impuissantes, lui répondaient.

Le jour se levait. Au sommet de la route qui va, en serpentant, en se levant, du niveau de la ville de Liège à la hauteur de Boncelles, une poignée de soldats, ralliée autour d'un sous-lieutenant, cherchait à se retrancher. Mon auto avait dû reculer aussi et, prête à redescendre la route, se tenait sur l'accotement du chemin. J'avais la sensation d'un désastre.....

Mais le clairon belge retentit..... Des troupes remontaient. Je les vis passer. En tête, bondissants et enthousiastes, dix ou douze boy-scouts s'élançaient..... En débouchant sur la hauteur, nos hommes se déployèrent. Le feu de mousqueterie reprit. Quatre batteries de campagne belges s'arc-boutèrent d'abord à l'entrée du plateau. Les renforts montaient, montaient sans cesse. Nos hommes étaient lancés: le combat dura une heure vingt. Nos tranchées furent reprises, nos positions reconquises, et les hordes allemandes, une fois de plus, reculèrent. Sur le terrain, les cadavres allemands se tassaient jusqu'à deux et trois mètres de hauteur.

Il y eut ainsi, séparément, sur un point ou sur un intervalle, parfois simultanément, contre deux ou trois secteurs, une quinzaine d'assauts allemands rejetés et refoulés. Chaque matin, chaque soir, des trains de blessés descendaient aux Guillemins; la population de Liège se multipliait, mais restait calme. Puis il y eut la tentative de meurtre contre le général Léman; il y eut l'écrasement de trois ponts successivement construits par l'ennemi pour le passage de la Meuse.

Et Liège tenait toujours. Le jeudi 13 août, cependant, l'ennemi réussit à passer. Le général Léman, après avoir assuré la retraite de sa division mobile, s'était enfermé dans le fort de Loncin: nos ouvrages, jusqu'à présent, résistaient, car les batteries allemandes, une à une, étaient réduites au silence.

Malgré l'occupation allemande, nous réussîmes, le caporal Scheidt et moi, à nous glisser, à l'aube du 15 août, jusqu'à la gare des Guillemins: tous les drapeaux belges, les pavillons français, les étendards anglais flottaient, toujours frais, aux fenêtres et aux balcons des maisons. En remontant vers Tirlemont par la route de Ans, nous vîmes, au bord de la route, le cadavre d'une femme enceinte éventrée là par une patrouille de uhlans. Pendant que. du fond d'un verger, nous contemplions les panaches de fumée dont se couvraient les forts en pleine action, cette fois, contre la grosse artillerie de siège des Allemands, nous fûmes aperçus par des cavaliers ennemis. En sautant par-dessus une haie pour rejoindre notre voiture, je laissai aux uhlans la majeure partie de mon inexpressible, demeurée accrochée à une ronce. La patrouille ennemie nous donna la chasse; une balle parvint à faire éclater noire « pare-brise »; nous nous en tirâmes avec quelques égratignures.

La ville de Liège avait peu souffert du bombardement. Les forts résistèrent jusqu'au moment où les gros obusiers allemands, entrant en action, brisèrent en quelques heures leurs coupoles. On sait comment un soi-disant parlementaire vint, avec son drapeau blanc, permettre aux artilleurs ennemis de repérer le point faible du fort de Loncin. Peu d'instants après, une poudrière du fort faisait explosion. La plupart des hommes de sa garnison furent tués ou blessés: le général Léman, fortement touché, fut déposé en dehors de la position, près du fossé. C'est là que les Allemands le trouvèrent. Ils le soignèrent, paraît-il, convenablement et lui rendirent son épée.

Pendant ce temps-là, la 3e division, celle du général Léman, demeurait à l'avant- garde de notre armée de campagne.....


Quand je quittai Liège, la ville était occupée par des troupes de la landwehr et de la landsturm, la majorité des soldats ayant dépassé la quarantaine et beaucoup d'entre eux étant sensiblement plus âgés. L'estime que j'avais pour les Belges est devenue de l'admiration depuis que j'ai pu assister à la vaillance de leurs exploits et à leur merveilleuse ténacité. En causant avec des soldats belges, je me suis rendu compte des pertes sensibles que leurs troupes avaient éprouvées. Dans un régiment entier, et le cas n'est pas isolé, cinq ou six hommes seulement avaient survécu, et il était touchant de voir les blessés se lamenter sur la perte de leurs officiers, auxquels ils étaient profondément attachés.

C'est le 7 août que les Allemands s'emparèrent des douze forts qui entouraient la ville, au moyen de leurs lourdes pièces de siège et de deux obusiers de 42 centimètres. Une de leurs batteries se trouvait à deux kilomètres de ma maison, d'autres à dix et douze kilomètres. De la ville, on ne pouvait se rendre compte de l'effet du tir; on ne l'a appris que plus tard, par les récits des soldats. La destruction des forts a, paraît-il, été complète, mais après leur évacuation par les troupes belges, les Allemands se sont efforcés de les remettre en état, en vue de la possibilité d'un retour offensif des troupes alliées.

Un peu avant l'entrée des Allemands dans la ville, une avalanche d'obus s'abattit sur Liège, évidemment dans le but de terroriser les habitants, et de prévenir toute résistance de leur part. Un des projectiles vint frapper une maison près de la cathédrale, trois vinrent exploser place du Théâtre, mais c'est le voisinage de la place du Congrès qui fut plus particulièrement atteint. Des résidences particulières, des magasins furent incendiés, et la panique devint indescriptible.

Plusieurs obus vinrent frapper un grand gazomètre, mais il avait été, heureusement, vidé; sans cette précaution, d'incalculables dommages pour le voisinage en eussent résulté.

Il est difficile de décrire les impressions causées par un bombardement. Tout d'abord, c'est un bruit assourdissant, suivi d'une sensation extraordinaire de pression dans les oreilles, déterminée par le déplacement d'air. Une expérience personnelle est celle-ci: tout sentiment de peur disparaît et fait place à une sorte de curiosité fascinante; on se demande où tombera le prochain obus et quel sera son effet. Plusieurs projectiles ont éclaté près du consulat, et j'en ai ramassé des éclats dans le jardin. Le tapage était positivement assourdissant. Les femmes, absolument affolées, hurlaient et se précipitaient dans les caves. C'est du reste dans ces réduits que vivait toute la population civile.

Après trois jours et trois nuits de bombardement des forts, les Allemands firent leur entrée dans la ville absolument figée. On aurait entendu tomber une épingle, tant le silence était absolu. Les premiers soldats allemands franchirent le pont le 7 septembre, vers 7 h. 1/2 du matin. Quand ils constatèrent combien la ville était tranquille, ils placèrent des sentinelles sur les sept ponts qui traversent la Meuse, et les rues reprirent un peu de leur animation coutumière. Plusieurs jours se passèrent cependant avant que la circulation redevînt normale, et pendant trois semaines il n'y eut plus de tramways ni d'autos à la disposition du public, car tout avait été réquisitionné.

Jour et nuit, des troupes allemandes traversèrent la ville, et j'évalue leur nombre à près de deux millions. Leur premier soin était de s'emparer des banques et d'occuper les gares et les édifices publics.

Quant à leur conduite vis-à-vis des particuliers, j'ai adressé à ce sujet un rapport au Foreign Office, et je ne puis en donner les détails: je puis dire toutefois qu'à mon avis les citoyens de Liège ont souffert beaucoup moins que ceux de Malines, de Louvain et des campagnes avoisinantes, où les horreurs les plus affreuses ont été perpétrées."


Place aux photos!

Le dio à vide:







Et avec la fig:










En espérant que cela vous plaise.


Revenir en haut Aller en bas
yvan et patricia

avatar


MessageSujet: Re: Verviers août 1914.   Sam 2 Fév 2013 - 16:23

l artiste je kiffe grave pour ton dio une tres belle reussite du genre
Revenir en haut Aller en bas
MASQUE

avatar


MessageSujet: Re: Verviers août 1914.   Sam 2 Fév 2013 - 16:29

cheers Mr LTNKZN, Ca C'Est Du TRAVAIL study & Du Tres BON love

Belle Construction, & Ca Me Plait BEAUCOUP bier bier bier bier Espere Voir CA A LYON!!!! Dans 20 JOURS MASQUE
Revenir en haut Aller en bas
merlinharley77

avatar


MessageSujet: Re: Verviers août 1914.   Sam 2 Fév 2013 - 19:26


Ce diorama est réalisé de main de maître.
Bourré de détails et exécuté avec un soin qui frise la maniaquerie (ce qui n'est pas ici péjoratif mais qualitatif).

Mon Stéphane , t'as sauté un cran supplémentaire là , bravo!!

Le rendu des briques cassées , la vitre , le chassis, l'architecture typique de la région avec ces voutes contrastées de dessus de fenêtre ainsi que la grille de jardin en fer forgé etc... sont d'une exactitude parfaite. Tu as bien capté l'essence du lieu et je m'en réjouis puisque Vervier est chez moi et qui plus est , est la ville d'origine de ma famille maternelle Very Happy
Une patine supplémentaire ne serait pas nécessaire, c'est bien comme cela.
Le papier peint bien d'époque ainsi que les cadres rajoutent à l'ambiance du moment . Tout comme le petit mobilier (maison? ou ...??)
La figurine dans une pose bien... posée est superbe (c'est pour moi la meilleure boite ww1 boche du moment) .
Le ''petit'' texte vaut la peine d'être lu , il est passionnant et instructif.
les Hulans ont fais multes atrocités sur les civils dans cette région .... de vrais bêtes dont les SS de la ww2 n'ont rien a envier... du tout ....

bref , cela me fait plaisir de voir une scene se passant chez moi (je suis gâté ces derniers jours avec l'autre formidable dio de Stavelot ww2). cheers

Du très très beau travail Steph et là......... ''j'achète'' comme dirait l'autre . hand


et ......

Merluche.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ltnkzn

avatar


MessageSujet: Re: Verviers août 1914.   Sam 2 Fév 2013 - 19:45

dance dance Merci les amis!!!!

@ Masque: désolé, je ne serais malheureusement pas présent à Lyon avec mes dios! No Crying or Very sad

@ Serge: bier et ravi que ce clin d'oeil historique (pas forcément joyeux!) te plaise!

l'élève rattrape le maître, gare à toi!! Wink

Pour le petit mobilier, c'est fait maison! 2-3 plaques de balsa collées, scie à chantourner, ponçage et enfin vernis ... à parquet.

@+.
Revenir en haut Aller en bas
LD-Collection

avatar


MessageSujet: Re: Verviers août 1914.   Sam 2 Fév 2013 - 19:45

Bonjour les amis!

Et bien que dire d'autre que mon cher ltnkzn!

C'est très bien pensé cette scénette, et on sent que le suicide de l'europe est en marche dans les ruines de cette habitations!

Alors la qualité est elle au rendez-vous avec cette figurine de Caltek??
Revenir en haut Aller en bas
merlinharley77

avatar


MessageSujet: Re: Verviers août 1914.   Sam 2 Fév 2013 - 20:09

ltnkzn a écrit:
dance dance Merci les amis!!!!

@ Masque: désolé, je ne serais malheureusement pas présent à Lyon avec mes dios! No Crying or Very sad

@ Serge: bier et ravi que ce clin d'oeil historique (pas forcément joyeux!) te plaise!

l'élève rattrape le maître, gare à toi!! Wink

Pour le petit mobilier, c'est fait maison! 2-3 plaques de balsa collées, scie à chantourner, ponçage et enfin vernis ... à parquet.

@+.

et bien les pieds de ce mobilier , avec leurs courbure, sont très bien réalisés .

Alors...... je ne me prends vraiment ... mais alors vraiment pas comme un Maître... et si ce devait l'être........ qu'intense serait mon plaisir de constater que ce que j'aurais transmis serve a réaliser des chefs d'oueuvres......... hand

Encore bravo.

S'.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ltnkzn

avatar


MessageSujet: Re: Verviers août 1914.   Sam 2 Fév 2013 - 20:34

merlinharley77 a écrit:

qu'intense serait mon plaisir de constater que ce que j'aurais transmis serve a réaliser des chefs d'oueuvres......... hand
Encore bravo.
S'.

Encore Merci!

Bon ok, ben alors t'es pas mon maître (j'suis pas Jethro Wink en même temps ), mais en tout cas je te rattrape

... et ne boude pas ton plaisir, puisque tes connaissances et ta gentillesse à les partager participent grandement à ma progression (même si ta modestie te refuse de l'admettre rire )
Revenir en haut Aller en bas
screaming eagles

avatar


MessageSujet: Re: Verviers août 1914.   Sam 2 Fév 2013 - 22:43

Tu nous gratifies encore d'un dio vraiment formidable.
C'est pas mont thème, mais alors qu'est-ce que j'aime regarder ce genre de choses ! Comme le dit Merlin, tout y est, chaque petit détail est là, minutieux le garçon Wink Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
French1-6

avatar


MessageSujet: Re: Verviers août 1914.   Sam 2 Fév 2013 - 23:18

Hohoho Steph !!! La tuerie que tu nous as pondu... dance
C'est extra !!!!

P'tit question ??? Ce Fridolin est en train de recharger, je me dis qu'il a dû vider 2/3 chargeurs => Que penses tu de quelques douilles disséminées sur le sol ???

Encore bravo pour le Dio, l'idée, le travail et le soin apporté.

Tchuss,
Syl.
Revenir en haut Aller en bas
ltnkzn

avatar


MessageSujet: Re: Verviers août 1914.   Sam 2 Fév 2013 - 23:38

Ld, Screaming et Syl!!

Ld, oui la Kalität est au rdv, je la trouve tb.

Ça c'est une riche idée, c'est tout con, j'aurais dû y penser! comme quoi un regard extérieur, par rapport à celui qui a le nez dedans...

Je fais ça demain! l'ami!


Dernière édition par ltnkzn le Dim 3 Fév 2013 - 9:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
derfb3

avatar


MessageSujet: Re: Verviers août 1914.   Dim 3 Fév 2013 - 8:41

cheers LE PROF a encore frappé ,un grand pour ce dio tres réussi
Revenir en haut Aller en bas
Leo-58
Italie
Italie
avatar


MessageSujet: Re: Verviers août 1914.   Dim 3 Fév 2013 - 8:50

Que c'est beau ton dio, ltnkzn, soigné dans les moindres details!
Revenir en haut Aller en bas
Reno64

avatar


MessageSujet: Re: Verviers août 1914.   Dim 3 Fév 2013 - 9:58

C'est super hand Des heures de travail qui au final donne une réalisation fantastique.
La figurine "in the box" est une très belle réussite et trouve bien sa place sur ce dio.

Tu as frappé très très fort, ça a vraiment de la "gueule". cheers
Revenir en haut Aller en bas
ltnkzn

avatar


MessageSujet: Re: Verviers août 1914.   Dim 3 Fév 2013 - 10:03

messieurs!
Revenir en haut Aller en bas
lad

avatar


MessageSujet: Re: Verviers août 1914.   Dim 3 Fév 2013 - 10:09

Très bel ensemble, super dio et la pause est très réaliste
Revenir en haut Aller en bas
ltnkzn

avatar


MessageSujet: Re: Verviers août 1914.   Dim 3 Fév 2013 - 11:09

Merci Lad!

Allez une dernière pour 20Syl:

Revenir en haut Aller en bas
slash77

avatar


MessageSujet: Re: Verviers août 1914.   Dim 3 Fév 2013 - 11:27

Vraiment superbe! Le dio est à tomber! Que de détails!!

cheers drunken

Revenir en haut Aller en bas
Inyourhouse




MessageSujet: Re: Verviers août 1914.   Dim 3 Fév 2013 - 14:20

J'adore très vivant!
Revenir en haut Aller en bas
luger

avatar


MessageSujet: Re: Verviers août 1914.   Dim 3 Fév 2013 - 16:51

Trop fort bowdown love
Revenir en haut Aller en bas
ladaboy

avatar


MessageSujet: Re: Verviers août 1914.   Dim 3 Fév 2013 - 17:57

Je n'ai rien à ajouter de plus que tout ce qui vient d'être dit : un vrai maestro du dio ce ptit lieut ! bowdown bowdown bowdown bowdown

_________________
Il vaut mieux faire l'information que la recevoir ; il vaut mieux être acteur que critique ...[Winston Churchill]  
Revenir en haut Aller en bas
ltnkzn

avatar


MessageSujet: Re: Verviers août 1914.   Dim 3 Fév 2013 - 19:07

Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
French1-6

avatar


MessageSujet: Re: Verviers août 1914.   Dim 3 Fév 2013 - 21:01

ltnkzn a écrit:
Allez une dernière pour 20Syl:


Haaaaaaaaaaaaaaa up up hand
Top !!!


Tu aurais dû garder ça pour le concours !!!!
Heuuuu scratch non en faite, tu as bien fais de le poster avant Very Happy
Ouuuf !!!

Tchuss,
Syl.
Revenir en haut Aller en bas
tsatsoni

avatar


MessageSujet: Re: Verviers août 1914.   Dim 3 Fév 2013 - 23:43

bowdown
Revenir en haut Aller en bas
alain




MessageSujet: verviers 1914   Lun 4 Fév 2013 - 20:39

Magnifique!!!!!!
Question technique: les briques ce sont des briques teifoc?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Verviers août 1914.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Verviers août 1914.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Verviers août 1914.
» Tableau d'Honneur 1914-191-19
» Baptême du feu du 16 en 1914
» 1914 - 1919 - DEUXIEME CHAPITRE
» operations vallée Munster 08.1914

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ACTION FIGURINE :: PRESENTATION DES TRAVAUX :: FIGURINES & DIORAMAS :: WW1-
Sauter vers: